Etangs de Dordives
La prairie aux étangs

VUE DU HAUT
Photo-club V.BEMER

Vallée du Betz et de l'Ardouze
Photo-club V.BEMER

Château du Mez
Photo-club B. MAUPAS

Le Loing joua un  rôle important dans la vie et l’économie des premiers habitants comme en témoigne les vestiges du lieu-dit « Port aux Planches ».

Il est situé à 900m en aval du Pont de Dordives et à quelques mètres du confluent avec le Betz.

 

 

 

 

 

 

 

C’est dans les années 1970 qu’ont été découverts les vestiges d’aménagements portuaires, ainsi que des tessons de céramique datant de l’époque Néolithique (5000 à 7000 av JC).

La zone représente une géométrie en entonnoir faisant penser à une pêcherie. Sa structure a pu, par la suite, se prêter à la présence d’un moulin et/ou pertuis. L'ensemble fait donc penser à un endroit de stationnement de barques et de déchargement de marchandises, ou éventuellement à un lieu de mise à l’eau des bois de flottaison. Il est également envisagé la présence d’un ouvrage de lavage de minerai en corrélation avec l’activité minière.

On a également  retrouvé des  traces de la présence de polissoirs (gros bloc de grès dur) servant à affuter et polir les armes et outils en silex. Sa construction montre aussi des similitudes avec les assises de pont  soutenant le passage de voies de communications, car on a retrouvé des pierres disposées en hérisson, fruit d’un assemblage de madriers bloqués, lesquels étaient remplis de divers matériaux (mortiers, silex, pierres, tessons..).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a deux mille ans, Dordives vit passer les légions romaines. En effet, le village était situé sur la voie romaine qui reliait Agendicum (Sens) à Orléans, passant notamment par Sceaux du Gâtinais (une des cinquante deux villes d'eau de l'empire romain). C’est cette voie appelée "Chemin de César" ou « Voie de César » qui a défini l’actuel tracé de la rue César et dont on peut voir des vestiges, de l’autre côté du Loing, au-dessus du hameau du pont de Dordives. Cette voie traversait le Loing grâce à un pont faisant partie d’un ensemble de quatre ouvrages que l'empereur fit bâtir sur la rivière.

C’est probablement à la fin de la guerre de cent ans que fut détruit ce pont par les habitants de Dordives eux-mêmes. Il fallait empêcher les incursions anglaises venant de Château-Landon, ancien territoire anglais comme l’atteste la tombe Plantagenet dans son église.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris